Login
Password
Sources on this Page

> Headlines by Category

 Home / Regional / Africa / Mauritius

You are using the plain HTML view, switch to advanced view for a more complete experience.

Mauritius Communiqué as agreed at "Towards COP22: African Ministerial Conference on Ocean Economies and Climate Change
Balaclava, Republic of Mauritius, September 1, 2016 ‒ We, the Ministers and representatives of the participating countries to the “Towards COP22: African Ministerial Conference on Ocean Economies and Climate Change”, (hereinafter referred to as “AMCOECC”), held in Balaclava, Mauritius on September 1-2, 2016; Recognizing that more than 60 percent of the world’s economic output takes place near coastlines, and that in some African countries, the ocean economy contributes one-quarter of revenues and one-third of export revenues; Affirming that Africa relies on its oceans to feed its people, now and into the future; Noting that coastal population growth, overfishing and illegal, unreported and unregulated (IUU) fishing, pollution, unsustainable tourism and other issues degrade marine and coastal biodiversity and ecosystems, cause coastal erosion and flooding, and reduce livelihood opportunities, and aggravate poverty; Recognizing that one of the biggest threats to coastal and marine systems is climate change, the impacts of which are already being detected in many cases and areas of Africa; Affirming that developing ocean economies in a sustainable fashion is possible in a number of areas, including fisheries, aquaculture, minerals, energy, transport and trade, tourism and recreation, and marine biotechnology; Recalling the outcomes of several key international conferences pertaining to Africa and Small Island Developing States (SIDS) treating the issues of oceans and climate change, such as the UN Declaration of Barbados and the Programme of Action for the Sustainable Development of SIDS, the Nouakchott Declaration for the Fisheries Transparency Initiative, the UN High-level Review Meeting on the Implementation of the Mauritius Strategy for the Further Implementation of the Programme of Action for the Sustainable Development of SIDS, the UN Small Island Developing States Accelerated Modalities of Action (Samoa Pathway), the UN Conference on Sustainable Development (Rio+20), the Addis Ababa Accord Agenda, the African Union’s Agenda 2063 “The Africa We Want”, the African Union’s “African Decade of the Seas”, 2 the Islands Declaration on Climate Change of Saint Denis de la Réunion, and the Declaration of the Indian Ocean Rim Association (IORA) on enhancing cooperation for sustainable development in the Indian Ocean region; Recalling also the decision of the Intergovernmental Panel on Climate Change to prepare a special report on climate change and the oceans and cryosphere by 2018; Building on the Lima-Paris Action Agenda which enhanced the implementation of climate action and which provided practical guidelines and orientations to both state and the non-state actors to implement the Paris Agreement and support the United Nations Framework Convention on Climate Change process, and also supporting the decision of the UN General Assembly to convene a high-level conference on the implementation of Sustainable Development Goal (SDG) 14 in New York, June 2017; United in our common vision of a prosperous, resilient and inclusive Africa, in our belief that as a continent, we need to be part of the solution to climate change; Convinced that we have demonstrated leadership through our Intended Nationally Determined Contributions (NDCs) made at the UNFCCC’s COP21 in Paris and that now, we are ready for business and will embed climate considerations in developing our ocean economies; Supporting the implementation of the Agenda 2030 for Sustainable Development, which includes specific SDGs on the sustainable use of the oceans, seas, on food security and nutrition, on poverty reduction and climate change amongst others; Alarmed that obtaining easy access to additional and predictable international finance, especially for African SIDS and Least Developed Countries remains a major obstacle for many African developing countries; Encouraged by the efforts of the World Bank Group, the African Development Bank and other development partners to stimulate climate-smart ocean economies; Urging the full promotion of collaboration and regional cooperation among African nations for sharing of capacity, data, and research for the sustainable management of marine resources; Noting the importance of establishing regional centers of excellence to advance ocean economies, including in the Indian Ocean region, and commending those countries that have already taken steps in this direction, among which the Republic of Mauritius; Thanking the Government of the Republic of Mauritius for its initiative to host the AMCOECC and the World Bank Group and Food and Agriculture Organization of the United Nations for their leadership in supporting the development of climate-smart ocean economies; Call onAll parties, including governments, private companies, development and other financial institutions, to factor sustainability and transparency into any investment program designed to develop ocean economies, and thus to conduct proper environmental impact assessments and foster the resilience of planned investments to likely climate change impacts, and their inclusiveness;African countries to promote sustainable resource use practices in a transparent manner and ratify the FAO Agreement on Port State Measures to Prevent, Deter and Eliminate IUU Fishing;African countries to implement their NDCs, in particular the actions designed to foster the resilience of oceans and coastal areas;International organizations to help African countries refine their NDCs to include oceans and coastal areas among their priority targets;Development partners, in particular the World Bank Group, the African Development Bank and the Food and Agriculture Organization of the United Nations, to prepare a package consisting of technical and financial assistance in support of ocean economies and the resilience of oceans and coastal areas to climate change, including through NDC implementation, and to present a proposal at COP22, meeting in Marrakesh in November 2016;African countries to include climate-smart ocean economies in the Green Climate Fund (GCF) Africa Dialogue in Cape Town in October 2016 and in the Africa Adaptation Initiative, and to promote new initiatives on climate-smart ocean economies;Accredited entities under the GCF to prepare program proposals on ocean economies and climate change in Africa for submission to the GCF;The international scientific community to work closely with regional centers of excellence and development partners, to assist African scientific, research and educational institutions in developing knowledge about the current and likely impacts of climate change in the future, and in building African capacity in support of climate-smart ocean economies;Sub-national jurisdictions to create a network to collaborate effectively, share knowledge and drive meaningful and sustainable action in support of climate-smart ocean economies;Leaders at COP22 to take action in support of climate-smart ocean economies, and the World Bank Group, the African Development Bank and the Food and Agriculture Organization of the United Nations, to convene a dialogue on African oceans and coasts during Oceans Day.
Économie bleue en Afrique : la Banque mondiale, les ministres africains et les partenaires au développement appellent à des investissements durables et intelligents face au climat
Balaclava, MAURICE, le 6 septembre 2016— Les ministres africains de plusieurs pays côtiers et de petits États insulaires en développement, la Banque mondiale et des partenaires au développement se sont rencontrés à Maurice les 1er et 2 septembre lors de la Conférence ministérielle africaine sur les économies bleues et le changement climatique, pour débattre de la construction d’une économie bleue, durable et intelligente face aux enjeux climatiques en Afrique. Dans un communiqué final intitulé  « Communiqué de Maurice », les participants à la conférence ont exposé leur vision commune d’une Afrique prospère, résiliente et inclusive, et ont noté le rôle prépondérant du continent dans la quête d’une économie bleue et intelligente face au climat. « Le Communiqué de Maurice lance un appel fort à agir pour le climat afin de préserver les océans et les côtes africaines », a déclaré Jamal Saghir, conseiller régional senior à la Banque mondiale et coprésident de la conférence.« La Banque mondiale, avec la Banque africaine de développement et la FAO, préparera une série de mesures d’appui financier et technique pour aider les pays africains à développer une économie durable axée sur les océans. » Jamal Saghir a ajouté que ce projet d’aide qui devrait atteindre 670 millions de dollars et sera financé à part égale par l’IDA (le fonds de la Banque mondiale destiné aux pays les plus pauvres) et le Fonds vert pour le climat ainsi que par d’autres sources, sera soumis aux pays africains pour examen. Les gouvernements, les entreprises privées, les organisations du développement et d’autres institutions financières se sont engagées dans le « Communiqué de Maurice » à développer les économies bleues et côtières, et, à piloter des évaluations d’impact environnemental appropriées en intégrant une clause de durabilité et de transparence dans tous leurs programmes d’investissement. Ce communiqué établit un lien entre le développement d’une économie bleue et l’action pour le climat. Nous invitons les pays à soumettre des propositions de programmes au Fonds vert pour le climat et à réexaminer leurs contributions nationales pour tenir compte des problématiques océaniques et côtières. Maurice, petit État insulaire, mais grand État océanique, a fourni un cadre exceptionnel pour la conférence. « Maurice est fier d’avoir fait preuve de leadership en organisant cette importante conférence – la première en Afrique et dans le monde. Cette conférence aide l’Afrique à parler d’une même voix sur l’économie bleue et sur le changement climatique, deux problématiques essentielles au futur du continent », explique Xavier Luc Duval, vice-premier ministre de Maurice. « Le secteur privé a pleinement participé et de nombreuses opportunités d’investissement ont été examinées. » Comme d’autres pays insulaires, Maurice a perdu 11 % de son littoral en raison d’une importante érosion, et la barrière de corail se réduit. Le pays a adopté des mesures pour y remédier, notamment l’interdiction de l’extraction de sable. La Conférence ministérielle africaine sur l’économie bleue lui a permis de partager son expérience, de débattre des meilleures pratiques avec les autres pays et d’en tirer des enseignements pour le futur. La croissance démographique sur le littoral, la surpêche et la dégradation de la biodiversité des écosystèmes marins et côtiers sont autant de sujets qui préoccupent les gouvernements africains. Tous ces problèmes dégradent les côtes et les océans, réduisent les sources de subsistance pour les populations et aggravent la pauvreté. Cinq cent mille personnes sont touchées chaque année par les inondations côtières en Afrique de l'Ouest. Au Togo, par exemple, le coût de l’érosion et de la dégradation côtière, et le déclin des opportunités économiques qui en résulte représentaient environ 3 % de son PIB, soit 296 millions de dollars, en 2013. « Le Togo accueillera un sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sûreté et la sécurité maritime et sur le développement en octobre prochain », a annoncé André Johnson, ministre de l’Environnement du Togo. « Le Communiqué de Maurice apporte une importante contribution au sommet, et le gouvernement togolais plaidera en faveur des économies bleues intelligentes face au climat.»
Africa’s Ocean Economy: Ministers, World Bank and Partners Call for Action-Oriented Sustainable Climate-Smart Investment
Balaclava, MAURITIUS, September 6, 2016— African Ministers from coastal countries and small island developing states along with the World Bank and development partners met in Mauritius on September 1 and 2 at the African Ministerial Conference on Ocean Economies and Climate Change to discuss the importance of building sustainable climate-smart ocean economies in Africa. In a final communiqué, known as the “Mauritius Communiqué”, the Conference participants agreed on a common vision of a prosperous, resilient and inclusive Africa, and noted that the continent will be a leader in the pursuit of climate-smart ocean economies. “The Mauritius Communiqué contains a strong call for climate action in favor of African oceans and coasts,” said Jamal Saghir, Senior Regional Adviser at the World Bank and Co-Chair of the Conference. “The World Bank, together with the African Development Bank and FAO, will prepare a package of measures, consisting of both financial and technical assistance, to support African countries in developing their ocean-based economies in a sustainable way.” Saghir added that the package, which could include up to $670 million from the World Bank’s IDA fund and matching requests to the Green Climate Fund and other sources, will be submitted to African countries for consideration. As part of the “Mauritius Communiqué,” governments, private companies, development and other financial institutions agreed to factor sustainability and transparency into all investment programs to develop ocean and coastal economies and conduct proper environmental impact assessments. The Communiqué established a link between the development of the ocean economy and climate action. Besides the call for submitting programs to the Green Climate Fund, there is also an expectation that African countries will revisit their Nationally Determined Contributions to take oceanic and coastal issues into account. The small island state yet large ocean state of Mauritius provided a remarkable setting for the conference. “Mauritius is proud to have shown leadership and convened this important conference – the first one in Africa and the world. The Conference helps Africa speak with one voice on the topic of the ocean economy and climate change, which is so crucial for the continent’s future,” said Hon. Mr. Xavier Luc Duval, Deputy Prime Minister of Mauritius. “The private sector participated fully and a number of investment opportunities were discussed.” Like other island nations, Mauritius has lost 11 percent of its coastline to severe erosion, while live coral is decreasing.  At the same time, the country has adopted measures such as banning sand mining, and the ministerial meeting here shared best practices and lessons learned for future development. African governments are concerned about coastal population growth, overfishing, as well as the degradation of marine and coastal diversity and ecosystems. All of these issues degrade oceanic and coastal resources, reduce livelihood opportunities, and aggravate poverty. Five hundred thousand people are impacted by coastal floods in West Africa alone every year. The cost of coastal erosion and degradation in Togo, for instance, and associated lost economic opportunity is about 3% of its GDP, or $296 million (in 2013). “Togo is hosting an Extraordinary Summit of the African Union on maritime safety and security and development in Africa in October,” said H. E. Andre Johnson, Togo’s Minister of Environment. “The Mauritius Communiqué will provide a very useful input to the Summit, and the Togolese government will champion the topic of climate-smart ocean economies going forward.”
Cinq pays du Sahel vont s’inspirer de la politique démographique du Bangladesh
Chez les Peuls, on sait bien qu’un enfant unique n’aura personne vers qui se tourner pour l’aider à faire ses devoirs ; en revanche, si la famille compte cinq ou six enfants, il y aura toujours un frère ou une sœur qui viendra à sa rescousse. C’est ce qu’a expliqué Sambel Bana Diallo, le ministre malien de l’Aménagement du territoire et de la Population, lors de la cérémonie d’ouverture d’une rencontre de haut niveau pour l’échange de connaissances sur les politiques démographiques et de santé reproductive entre les pays du Sahel et le Bangladesh. Ces échanges, qui se sont déroulés à Dacca pendant une semaine, étaient présidés par le ministre de la Santé et de la Protection de la famille du Bangladesh et co-organisés par le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds des Nations Unies pour la population. Ils s’inscrivent dans le cadre d’un projet de la Banque mondiale axé sur l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel. Leur objectif était de partager les enseignements tirés de la mise en œuvre des politiques familiales au Bangladesh avec cinq pays : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Ces pays du Sahel connaissent aujourd’hui les mêmes défis multisectoriels que ceux du Bangladesh des années 70, avec des taux élevés de natalité. Ils souhaitaient donc en savoir davantage sur les actions menées par ce pays pendant près de 40 ans pour impulser des changements et accroître le recours aux services de santé reproductive. En outre, le Bangladesh est un exemple parfait, car il partage avec les pays du Sahel un même contexte religieux et parce que ce pays a été confronté à des difficultés sociales et sanitaires similaires.  « Le Bangladesh s’appuie sur des pratiques bien établies en matière de pluralisme, d’implication des communautés et de collaboration multisectorielle qui ont assuré le succès de son programme de planning familial et de sa politique démographique. Dans ce pays, les taux de natalité et de mortalité ont baissé de façon spectaculaire. Le gouvernement a placé les femmes au cœur de son programme de développement. Il a aussi travaillé avec des ONG locales qui ont aidé le pays à concrétiser ses objectifs de planification familiale et de maîtrise de la démographie », a souligné le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Bangladesh, Qimiao Fan, pendant la cérémonie d’ouverture. Une expérience pluraliste et multipartenaires La délégation des pays du Sahel comptait 40 membres représentant les divers secteurs concernés : démographie, affaires religieuses, santé, éducation, questions sociales et droit des femmes, finances et planification. Les participants du pays hôte étaient des responsables de terrain expérimentés et des décideurs politiques ayant joué un rôle majeur dans les changements intervenus au Bangladesh entre les années 70 et aujourd’hui. Les cinq pays du Sahel ont pour but de réduire leurs taux élevés de natalité, de mortalité infantile et maternelle et de mariage des enfants, tout en améliorant l’éducation et les services de santé. Leurs programmes n’ayant jusqu’ici abouti qu’à de maigres résultats, ces pays souhaitent changer de cap afin de bénéficier du dividende démographique.   Ainsi que l’a expliqué la ministre du Niger chargée de la Population, de la Promotion de la femme et de la Protection de l’enfant, Rakiatou Christelle Kaffa Jackou : « Nous nous tournons vers le Bangladesh car, comme le Niger, ce pays était sous-développé et sa population est en majorité musulmane. Notre souhait est de comprendre précisément comment les femmes bangladaises ont obtenu leur indépendance et comment elles ont réussi leur autonomisation. Nous sommes donc impatients de découvrir les clés du succès de la politique démographique du Bangladesh et de voir comment nous pourrions la mettre en œuvre avec la même réussite au Niger. » Les premiers enseignements La délégation sahélienne avait une longue liste de questions à poser aux représentants du Bangladesh :Comment le pays a-t-il réussi à convaincre des partenaires de différents secteurs à financer et soutenir durablement la politique démographique ?Comment a-t-il obtenu le soutien des chefs religieux à ses actions en faveur de la santé reproductive ?Comment a-t-il associé les habitants et communautés locales, y compris dans les régions reculées, pour améliorer les services de santé reproductive ?Quelles sont les stratégies innovantes qui ont permis aux femmes bangladaises de prendre leurs propres décisions en matière de santé reproductive ?Comment de multiples acteurs ont-ils collaboré avec la population, les chefs religieux et le gouvernement pour transformer l’évolution démographique du Bangladesh ? La délégation a rencontré de hauts responsables politiques qui ont expliqué les détails de la politique démographique qui a permis au pays de faire baisser son taux de natalité de 6,3 à 2,3 enfants par femme et à faire bondir de 7 à 62,4 % le taux d’utilisation de la contraception (1970-2014). Les participants ont aussi visité plusieurs centres de planning familial à Dacca pour savoir comment les pratiques communautaires avaient été utilisées pour favoriser le changement. Ces visites leur ont également permis d’approfondir leurs connaissances sur des stratégies innovantes qu’ils pourront ainsi mettre en œuvre dans leur propre pays. Lors d’une visite dans un dispensaire de la banlieue de Dacca, la délégation a découvert le système utilisé dans un petit village pour augmenter le recours à la contraception : une sirène, qui sonne tous les soirs à 21 heures pour rappeler aux femmes de prendre leur pilule, avec un son suffisamment puissant pour être entendu à deux kilomètres à la ronde. Enfin une visite au centre de formation d’imams de Dacca, qui dépend du ministère des Affaires religieuses, a permis aux délégués sahéliens de découvrir le programme d’enseignement rigoureux qui y est dispensé. L’imam étant un guide spirituel pour la population, la formation englobe de nombreux aspects sociétaux. Les prochaines étapes Après ces moments de partage d’expérience et à leur retour dans leurs pays, les délégués ont exposé les enseignements qu’ils en ont tirés à leurs gouvernements respectifs, mais aussi élaboré des plans d’action pour continuer à travailler avec le Bangladesh. Ils ont ainsi prévu de collaborer avec leurs homologues bangladais pour bâtir un programme de formation des imams sur la santé reproductive et pour définir une stratégie d’amélioration des services de planning familial dans les communautés, en adaptant au contexte sahélien les méthodes appliquées au Bangladesh. La mise en œuvre de ces prochaines étapes viendra en appui au projet régional de la Banque mondiale ainsi qu’à ses opérations au Niger et au Mali.
La gomme arabique favorise une croissance verte en Mauritanie
D'est en ouest, l'Afrique subsaharienne est constituée essentiellement de zones arides, où réside la moitié de la population et les trois quarts des Africains les plus pauvres. Aujourd'hui, des sécheresses sévères et d'autres chocs environnementaux fragilisent les moyens de subsistance de millions d'individus sur le continent. Si rien n'est fait entre-temps, beaucoup d'autres seront exposés à des risques alors que le changement climatique menace d'étendre de 20 pourcent la superficie des zones arides. Pour lutter contre cette menace, l'Union africaine a lancé en 2007 l'Initiative de la Grande muraille verte, un effort panafricain visant à combattre la désertification, la pauvreté et la dégradation des terres dans la région du Sahel-Sahara. Ce programme a tenu sa première conférence internationale à Dakar, au Sénégal, du 2 au 7 mai 2016. Plus de vingt ministres africains et partenaires au développement y ont confirmé leur engagement politique et financier en faveur de ce projet et ont préparé une feuille de route pour intensifier les actions sur le terrain. Dans son discours d'ouverture, le directeur du développement durable région Afrique de la Banque mondiale, M. Jamal Saghir, a rappelé la nécessité de réaliser des investissements de grande ampleur pour renforcer la résilience des communautés et des paysages, condition indispensable pour relever les défis majeurs de la pauvreté, la sécurité environnementale et les crises humanitaires dans les zones arides africaines.  La Mauritanie a été l'un des pays africains les plus durement touchés par la sécheresse et la désertification durant ces trente dernières années. Le ministre mauritanien de l'Environnement et du Développement durable, M. Amedi Camara, a conduit une délégation lors de la Conférence de la Grande muraille verte, et a activement souligné le rôle de la Mauritanie dans ce projet à travers des programmes plurisectoriels intégrés, bénéfiques tant aux populations qu'à l'environnement. Rôle de la Mauritanie Dans la région sahélienne de la Mauritanie, l'acacia, une ressource traditionnelle, est utilisé dans la lutte contre la désertification et la pauvreté rurale. Cet arbre, qui prospère dans le sud chaud et sec du pays, est depuis longtemps considéré comme une source de gomme arabique – une gomme naturelle constituée de sève durcie. Très polyvalent, cet ingrédient est utilisé depuis 4 000 ans. Utilisée comme stabilisant dans de nombreux aliments, boissons et médicaments, la gomme arabique est devenue un produit incontournable pour les industries agroalimentaires et pharmaceutiques. Tout comme l'acacia dont elle est issue, la gomme arabique est profondément enracinée dans l'histoire de la Mauritanie. Cultivée et consommée en Afrique de l'Ouest depuis des siècles, elle est devenue à partir du XVIIe siècle un produit d'exportation important vers l'Europe. La Mauritanie était autrefois le deuxième pays exportateur de gomme arabique, avec une production annuelle moyenne record de 5 700 tonnes. Toutefois, ces chiffres se sont brutalement effondrés suite aux sécheresses sévères des années 1970 et 1980, et ont continué à chuter avec la migration de masse des populations rurales vers les zones urbaines. À l'heure actuelle, la Mauritanie ne produit plus que 500 tonnes de gomme arabique par an environ.
Gum Arabic Supports Green Growth in Mauritania
From East to West, the majority of Sub-Saharan Africa is dominated by drylands, where half the continent’s population and three quarters of its poor reside. Today, severe drought and other environmental shocks impact the livelihood opportunities of millions in Africa. Without action, many more will be put at risk as climate change threatens to expand the reach of drylands by up to 20 percent. In response, the African Union launched the Great Green Wall Initiative in 2007 as a pan-African effort to battle desertification and tackle poverty and land degradation across the Sahel-Sahara region of the continent. The program held its first ever international conference from May 2-7 in Dakar, Senegal. Over twenty African Ministers and development partners came together to confirm their political and financial commitment to the initiative and prepare a roadmap for the scale up of transformational action on the ground. In his keynote address, the World Bank’s Director of Sustainable Development for the Africa Region, Jamal Saghir, emphasized the need for large scale investment to strengthen the resilience of communities and landscapes as key to tackling the serious challenges of poverty, environmental security and humanitarian crises across Africa’s drylands. Mauritania has been one of the African countries hardest hit by drought and desertification over the past 30 years. The country’s Environment and Sustainable Development Minister, Mr. Amedi Camara, led a delegation to the Great Green Wall Conference and has been active in promoting Mauritania’s role in this effort through integrated, multisectoral programs which combine benefits to both people and the environment. Mauritania’s Role In the Sahel region of Mauritania, a traditional resource is being deployed in the fight against desertification and rural poverty. The Acacia tree, which thrives in dry and hot southern Mauritania, has long been prized as a source of gum arabic-- a natural gum made of hardened sap. This incredibly versatile ingredient has been in use for 4,000 years. Today, it is a staple in the food and pharmaceutical industries as a stabilizer in many of the foods, beverages and medicines we consume. Gum arabic, like the Acacia tree from which it flows, is deeply rooted in the land and history of Mauritania. Cultivated and consumed in West Africa for centuries, it became an important export to Europe starting in the 17th century. Mauritania was once the world’s second largest exporter of gum arabic, producing an annual average of 5,700 tons at its peak. Production dropped dramatically, however, during the severe droughts of the 1970s and 1980s. The ensuing mass migration from rural to urban areas also cut down on production. Now, Mauritania only produces around 500 tons of gum arabic per year.
アフリカ地域
概要 2015年のサブサハラ・アフリカの成長率は、主に石油をはじめとする商品価格の下落を反映し、2014年の4.5%を下回る4.1%となる見込みです。 金属その他の主要一次産品の輸出国では、一次産品価格の下落に伴い活動が鈍化する一方、ほとんどの低所得国では、インフラ投資と農業拡大により堅調な成長が続くと予想されています。非石油部門、特にサービス部門では成長が続き、2016年以降の成長率を押し上げると見られます。低位中所得国と高位中所得国では、公共投資の増大と観光業の回復により成長が促進されるでしょう。 詳細は2015年度年次報告書(PDF)をご覧ください。  活動 世界銀行グループは、アフリカ地域の経済成長と貧困削減、経済的多様化、また新たな包括的開発フレームワークに重点をおいて取り組みを行っています。 また、以下の分野に優先的に取り組んでいます。農業生産性の向上小農家に対する技術面や資金面での支援、アグリビジネスへの投資、水源管理、また気候変動に優しい農業を推進しています。エネルギーの確保安価で安定的かつ持続可能なエネルギーの供給の他、気候変動適応と防災が最重要課題です。地域統合地域間の連携を強め、経済の活性化と生産性の強化を図ります。都市化水、衛生、交通、住居、権力とガバナンスの管理が、都市化による生産性と収入向上の鍵となります。質の高い人的資本としての若年層の育成雇用のニーズと人材のギャップを埋めるべく、若年層の技術スキル向上支援を行っています。 詳細はアフリカ地域ページ(英語)をご覧ください。
African Caucus: 2016 Cotonou Declaration
The African Governors of the International Monetary Fund (IMF) and the World Bank met at Palais des Congres de Cotonou, Benin on the August 4-5 , 2016 for the African Caucus, chaired by Abdoulaye BIO TCHANE , Beninese Minister of State for Planning and Development, Chairman of the African Caucus. The discussions focused on the general theme “Scaling Up Bretton Woods Institutions Support to Address Shocks, Boost Growth and Enhance Transformation in Africa”.  The "Cotonou Declaration" is the outcome of the work of  ministers of Finance and/or Development of the 54 African countries, as well as the governors of central banks of the region.
Communiqué de Maurice tel que convenu lors de « Vers la COP22 : Conférence ministérielle africaine sur les économies océaniques et le changement climatique »
Balaclava, République de Maurice, 1er septembre 2016 ‒ Nous, Ministres et représentants des pays participant à « Vers la COP22 : Conférence ministérielle africaine sur les économies océaniques et le changement climatique » (ci-après, « CMAEBCC »), qui a eu lieu à Balaclava, Maurice, les 1 er et 2 septembre 2016 ; reconnaissant que plus de 60 % de la production économique mondiale est générée à proximité des côtes, et que dans certains pays d'Afrique, l'économie océanique représente un quart des recettes nationales et un tiers des recettes d’exportation ; affirmant que l'Afrique a besoin de ses océans pour nourrir ses habitants, aujourd'hui et dans le futur ; notant que la croissance de la population côtière, la surpêche et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), la pollution, le tourisme non durable et d’autres problèmes dégradent la biodiversité des écosystèmes côtiers et marins, engendrent l’érosion et d'inondations côtières, réduisent les moyens de subsistance et accentuent la pauvreté ; reconnaissant que le changement climatique est l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur l’équilibre de cet environnement et, qu’en Afrique, ses impacts ont déjà été observés dans de nombreuses situations et régions ; affirmant qu'il est possible de développer les économies océaniques dans de nombreux secteurs d’activité, dont la pêche, l’aquaculture, les minéraux, l’énergie, le transport et le commerce, le tourisme et les loisirs ainsi que la biotechnologie marine ; rappelant les résultats de plusieurs conférences internationales importantes concernant l'Afrique et les petits États insulaires en développement consacrées aux océans et au changement climatique, telles que la Déclaration de la Barbade et le Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement, tous deux sous l'égide des Nations Unies, la Déclaration de Nouakchott pour l’Initiative de Transparence dans les Pêches, la Réunion de haut niveau de l'ONU chargée d’examiner l’application de la Stratégie de Maurice pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement, les Modalités d’action accélérées des petits États insulaires en développement (Orientations de Samoa), la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), le Programme d'action d'Addis-Abeba, l'Agenda 2063 : « L'Afrique que nous voulons » de l'Union africaine, la Décennie 2015-2025 des mers et des océans d’Afrique, organisée par l'Union africaine, la Déclaration des iles sur le changement climatique de Saint Denis de la Réunion, et la Déclaration de l'Association des États riverains de l'Océan indien (IORA) sur l’amélioration de la coopération pour le développement durable dans la région de l’Océan indien; rappelant par ailleurs la décision du panel du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de préparer un rapport spécial sur le changement climatique, les océans et la cryosphère d’ici 2018 ; donnant suite au Plan d'action Lima-Paris qui a renforcé la mise en œuvre d'actions dans le domaine climatique, et formulé, à l'intention des acteurs étatiques et non étatiques, des lignes directrices et des orientations concrètes d'exécution de l'Accord de Paris et de soutien au processus de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et soutenant la décision de l’Assemblée générale des Nations Unies d’organiser une conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable (ODD) 14 à New York en Juin 2017 ; unis par une vision commune d'une Afrique prospère, résiliente et inclusive, ainsi que par notre croyance dans le fait qu'il nous incombe, en tant que continent, d'être partie prenante aux solutions au changement climatique ; convaincus d'avoir fait preuve de leadership avec nos contributions prévues déterminées au niveau national (Intended Nationally Determined Contribution, NDC) présentées lors de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) à Paris, d'être désormais prêts à agir et désireux d'intégrer des considérations d'ordre climatique au développement de nos économies océaniques ; soutenant la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, qui inclut des objectifs de développement durable spécifiques en matière notamment d'exploitation durable des mers et océans, de sécurité alimentaire et de nutrition, mais aussi de réduction de la pauvreté et de changement climatique ; inquiets que l'obtention d'un accès aisé à des financements internationaux supplémentaires et stables, en particulier pour les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés d'Afrique demeure un obstacle important pour la plupart des pays africains en développement ; encouragés par les efforts du Groupe de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement et d'autres partenaires au développement destinés à favoriser l'émergence d'économies océaniques intelligentes face au changement climatique ; favorables à une promotion sans réserve d'une collaboration et d'une coopération régionales entre pays d'Afrique pour le partage de capacités, de données et de la recherche en vue d'une gestion durable des ressources maritimes ; notant l’importance d’établir des centres d’excellence régionaux pour promouvoir l’économie océanique, y compris dans la région de l’Océan indien, et félicitant les pays qui ont déjà entrepris des démarches dans cette direction, dont notamment la République de Maurice ; remerciant le Gouvernement de la République de Maurice pour l’initiative d’accueillir la CMAEBCC et le Groupe de la Banque mondiale et l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pour leur leadership et le soutien au développement d'économies océaniques intelligentes face au changement climatique ; Appelonsl'ensemble des parties, et notamment les États, les entreprises privées et les institutions financières et de développement, à prendre en compte la durabilité et la transparence dans tout programme d'investissement conçu pour développer les économies océaniques, à réaliser des études d'impact environnemental adéquates et à améliorer la résilience d'investissements programmés aux impacts probables du changement climatique, ainsi que leur caractère inclusif ;les pays africains à promouvoir les pratiques d’utilisation durable des ressources et ratifier l’Accord de la FAO relatif aux mesures du ressort de l'état du port visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche INN ;les pays africains à mettre en œuvre leurs NDC, et notamment les actions destinées à favoriser la résilience des océans et des côtes ;les organisations internationales à appuyer les pays africains dans le perfectionnement de leur NDC afin d’inclure les océans et les côtes au sein de leurs cibles prioritaires ;les partenaires de développement, en particulier le Groupe de la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et la FAO à préparer un ensemble de mesures d'assistance technique et financière en appui aux économies océaniques et à la résilience des océans et des côtes au changement climatique, et à soumettre une proposition à la COP22 qui se tiendra à Marrakech en novembre 2016 ;les pays africains à inclure les économies océaniques intelligentes face au changement climatique dans le Dialogue africain du Fonds vert pour le climat (FVC) qui se tiendra au Cap en octobre 2016 ainsi que dans l’Initiative pour l’adaptation en Afrique, et à promouvoir les nouvelles initiatives relatives aux économies océaniques intelligentes face au changement climatique ;les entités accréditées auprès du FVC à préparer des propositions de programme sur les économies océaniques et le changement climatique en Afrique pour soumission au FVC ;la communauté scientifique internationale à travailler étroitement avec les centres d’excellence régionaux et les partenaires de développement en vue d’apporter aux établissements scientifiques, de recherche et d'éducation africains un appui en matière de développement de connaissances sur les effets actuels et futurs probables du changement climatique, ainsi qu'à renforcer les capacités africaines en appui aux économies océaniques intelligentes face au changement climatique ;les juridictions infranationales à créer un réseau pour collaborer de façon effective, partager les connaissances et conduire à des actions significatives et durables en appui aux économies océaniques intelligentes face au changement climatique ;les dirigeants à la COP22 de prendre des mesures en soutien aux économies océaniques intelligentes face au changement climatique, ainsi que le Groupe de la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, et la FAO à convoquer un dialogue sur les océans et les côtes d’Afrique pendant la journée sur les océans (« Oceans Day ») dans le cadre de la COP22.
What five Sahel countries learned from Bangladesh about strengthening population policies
In Fulani there is an understanding that when an only child goes to school and comes back home, he has no one to go to for help with his homework. However, if he happens to have five or six siblings, he is guaranteed that somehow, one of them will come to his rescue and explain the assignment. This is what the Malian Minister for Territorial and Population Management, Sambel Bana Diallo told the audience at the opening ceremony of the High-Level Sahel-Bangladesh Knowledge Exchange on Population Policy and Reproductive Health in Dhaka, Bangladesh. The week-long knowledge exchange, jointly organized by the World Bank Group and the United Nations Population Fund, was hosted by the Ministry of Health and Family Welfare of Bangladesh. The purpose was to exchange practical implementation and policy-related experience between Bangladesh and Sahel countries (Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania, and Niger). The Sahel countries are facing the multi-sectoral challenges associated with high fertility rates, which Bangladesh faced in the 1970s. The knowledge exchange was part of the World Bank’s Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend Project. The Sahel countries wanted to learn how Bangladesh was able to sustain support for some 40 years, and implement changes to increase the use of reproductive health services. Bangladesh is particularly interesting for the Sahel because of a similar religious context and a history of the same societal and health services challenges.  “Bangladesh has well-developed practices of pluralism, community engagement and multi-sectoral collaboration, which have helped make its Family Planning program and its Population Policy a success. The country has experienced a dramatic decline in fertility and mortality rates. The government has placed women at the center of the development agenda. It worked with local non-governmental organizations that helped the country achieve success in family planning and address population challenges,” World Bank Country Director Qimiao Fan said during the opening ceremony. A pluralistic and multi-stakeholder experience The high-level Sahel delegation of 40 members included a mixed group of participants representing population, religious affairs, health, education, social and women’s affairs, and finance and planning. From the host country’s side, the participants were experienced implementers and policy makers who have had key roles in the changes in Bangladesh in the 1970s, and today. The five Sahel countries are looking to reduce the high fertility rate, woman and child mortality rate, and child marriage rates, while increasing the education and health protection services available to the population. With limited results available in their population programs, the Sahel countries wanted to change this situation, to benefit from the demographic dividend.   As Niger Minister for Population, Promotion of Women and Child Protection, Rakiatou Christelle Kaffa Jackou said: “We chose Bangladesh because, like Niger, it was once an underdeveloped country and the majority of the population is Muslim. We really wish to deepen our knowledge and understand how the local women here obtained their independence and how they gained empowerment. So we are eager to find out how the population policy succeeded here and how we could try to adopt it in Niger and make it succeed.” Emerging lessons The delegation had a long wish list of questions for the Bangladeshi team:how it has engaged a range of stakeholders from different sectors in a population policy that has had financing and lasting support;how it has convened support of religious leaders for its reproductive health activities;how it  has engaged citizens and local communities, even in remote areas to improve reproductive health services;understanding innovative strategies that have worked in the country to empower women to make reproductive health decisions; and,how multiple parties have worked together with the population, religious leaders and the government to change Bangladesh's demographic scenario The delegation met with key policy makers who presented a thorough and detailed explanation about the population policy that helped Bangladesh reduce the total fertility rate from 6.3 to 2.3 births per woman and increasing the rate of prevalence of contraceptive users from 7 to 62.4 percent (1970-2014). The delegation visited numerous centers around the city to understand family planning and community practices in Bangladesh that have been used to catalyze change. More importantly, the visits deepened their knowledge and understanding of innovative strategies to allow the delegates to use them first-hand when they returned to the countries. On one such visit to a local community clinic outside Dhaka, they were introduced to the sound of a siren being used in a small village to help increase its contraceptive prevalence rate. The community leaders said it would sound each night at exactly 9:00 pm to remind women to take their pill. The sound was loud enough to be heard at a distance of two kilometers. On another visit to the Imam Training Academy of the Ministry of Religious Affairs in Dhaka, they were introduced to the rigorous training program for Imams. Imams being direct spiritual guides for the population, their training covers a range of societal issues Next steps Since returning from the knowledge exchange, the Sahel countries have already presented these lessons to their governments, along with action plans to continue working with Bangladesh. Some of these include:  collaborating with counterparts in Bangladesh to develop a program for Imams on reproductive health, developing a strategy to improve family planning services in communities by adapting lessons from Bangladesh to the Sahel context.  The next steps will be integrated to support the World Bank’s Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend Project, as well as World Bank country operations in Niger and Mali.  
Post Selected Items to:

Showing 10 items of 926

home  •   advertising  •   terms of service  •   privacy  •   about us  •   contact us  •   press release design by Popshop •   Official PR partner PRNews.io •   © 1999-2016 NewsKnowledge